Concours d’écriture de contes


Le Théâtre Les Tanneurs entame en 2003-2004 un compagnonnage avec le Théâtre du Tilleul, théâtre jeune public.
A l’occasion des représentations de Contes d’automne de Grégoire Solotareff au Théâtre les Tanneurs du 17 au 29 décembre 2003, le Théâtre du Tilleul, en partenariat avec l’école des loisirs, les Tanneurs et la Communauté française, a organisé un concours d’écriture de contes ouvert au jeunes âgés de 14 à 17 ans. Le texte devait avoir la forme d’un conte et se situer dans une forêt en automne.

Carine raconte :
Nous avons reçu 382 Contes d’automne !
Qui se serait attendu à ça ? Pas nous ! Pas nous !
Lettres, fax, e-mails, Le facteur croule sous les envois d’Arlon, de Ath, de Neufchâteau, de Ciney, de Mons, de Jette, de Molenbeek, ... Le fax chauffe et nous livre des pages et des pages de Marche, de Bruxelles, ... ; l’ordinateur explose : voici des contes suisses, français, québécois...
Alors au Théâtre du Tilleul, c’est le grand « rush ». Car presque tous les contes arrivent ensemble, juste un peu avant le 17 novembre bien sûr !
Hervé court, photocopie, agrafe, classe, répond, téléphone, trie, s’arrache les cheveux. Clothilde et Catherine tapent, tapent, tapent les textes sur les claviers
Et le jury lit, lit, lit, jour et nuit.
382 contes !
Ça fait un conte par jour pendant plus d’un an. Plus que n’en a écrit Grégoire Solotareff pour ses 3 (bientôt 4) tomes des Contes de saison.
Alors, disons-les tout de suite : ils sont formidables vos contes : drôles, émouvants, fantaisistes, poétiques, horrifiques, tragiques (funèbres même parfois), inattendus, philosophiques.
Le jury a tour à tour ri, pleuré, été saisi d’émotion, glacé d’horreur, stupéfait, désarçonné
C’est que vos forêts, elles sont incroyablement peuplées en automne !
Outre des enfants perdus ou abandonnés, des princes courageux, des princesses aux yeux verts, d’immondes sorcières, des trolls, des elfes, des nains (de jardin), des dragons, des licornes, on y rencontre beaucoup d’écureuils, de renards, de loups (avec ou sans jupe), des arbres qui parlent, des feuilles qui ne veulent pas mourir, des racines assassines, des champignons (hallucinogènes), des marrons révoltés, la rivière boum boum, une soucoupe volante et même une mobylette.
Alors comme dans tous les concours, c’est l’horreur pour le jury : il faut choisir. Après bien des hésitations et des déchirements, le premier jury a retenu 50 contes. Vous les retrouvez in extenso sur la liste de la première sélection. Un second jury a choisi parmi ces 50 les 20 préférés et les lauréats.
Les 382 contes figurent dans le « Grand livre des Contes d’automne », exemplaire unique, exposé au Théâtre Les Tanneurs du 17 au 29 décembre 2003, mais qui peut également circuler dans les écoles ou les bibliothèques.


Theâtre du Tilleul / 

108 rue de la Brasserie / 1630 Linkebeek- Belgique / +32 (0)2 380 35 37 / contact theatredutilleul.be